CONDUITE de la DECISION en SITUATION de CRISE

J’ai conçu depuis quelques années les éléments d’une session expérientelle en jeu de rôles autour de la thématique de la gestion de projet en contexte d’urgence ou de crise. L’application aux projets environnementaux en est un objectif, ces derniers devenant au fil du temps des enjeux de plus en plus délicats à mener, difficiles à coordonner du fait de la multiplicité des acteurs et leurs desiderata propres.

Ainsi en s’inspirant de projets vécus en entreprise prestataire de services, des sessions de simulations sont conçus et mis en oeuvre en ateliers dans un contexte :

– le coordonnateur, manager de projet est responsable d’une réalisation à mener dans le cadre d’un marché public ou privé ( il a donc un cadre juridique, administratif, commercial,…) qu’il a signé avec son client. Le prestataire a généralement obligation de moyens même si le client pense obligation de résultats.

– lors du déroulement du projet outre le prestataire et le client, sont impliqués (contexte récurrent pour les projets environnementaux) une variété d’acteurs « personnes morales » interférant à plus d’un titre avec le client public ou privé (l’Etat et ses représentants, les services déconcentrés, les collectivités territoriales et locales, les financeurs éventuels, les associations de toute nature, les départements, les régions, ….). Dans mon expérience, j’ai pu connaître des cas où 22 acteurs différents étaient présents dans le tour de table; j’ai pu aussi avoir à arbitrer des choix où la sécurité ou l’impact sanitaire sur des personnes étaient en jeu. 

Il est alors facile de comprendre la complexité de la conduite de la décision face à une situation de crise ou d’urgence. L’atelier est bâti sur des rôles de personnes morales joués à tour de rôle par les participants. 

Aujourd’hui dans notre situation de pandémie de Covid-19 en mars avril mai 2020, chacun peut, ayant été confronté directement à un événement exceptionnel et « extra » « ordinaire », imaginer à son niveau d’acteur citoyen de la difficulté de la décision. un des nombreux aspects de ces situations complexes est notamment la dimension du temps. La notion du temps du décideur, celle de l’acteur expert sachant, et celle de l’acteur vivant tous le même événement est fondamentalement différente. Ce facteur de temporalité est rarement abordé par les spécialistes de la gestion de crise et il importe de le mettre, parmi d’autres facteurs en exergue dans les simulations en atelier. L’ingénieur sachant, l’expert en situation de manager de projet doit donc prendre en compte plusieurs dimensions, d’une part une qu’il appréhende assez facilement et d’autres aux contours moins connus, plus incertains et mouvants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 − 11 =